suite de mes recherches

Voici un petit point après un travail assidu dans les archives. Je sais maintenant de façon certaine et comment et par qui le mouvement, uniformes, us et coutumes des Coeurs Vaillants a été crée… Il y aura des surprises… J’ai récupéré quelques milliers de documents scanné ou photographier dans les archives. Je sais dans le détail tout ce qui a été édité et publié pendant la guerre et je dois aller au mois de mars dans un autre dépôt d’archives à Lyon pour scanner l’intégralité des publications Lyonnaise. Publications imprimé chez 2 imprimeurs… qui n’est pas l’effet du hasard, ni l’hébergement du comité de rédaction. Je sais à présent qui se trouve sous presque tout les pseudos y compris pendant la période la guerre. Mais j’avoue que l’histoire n’est pas simple… Après je vais me mettre en quette des ayants droits ou familles des contributeurs des articles afin de retrouver de nouvelles archives, photos, etc. J’ai une trace à suivre sur la compta des journaux jusqu’en 1956 qui serait conservé dans un monastère en Savoie. Curieux pourriez-vous croire, mais finalement très logique…Vous le verrez à la lecture de mon futur ouvrage.
Je vais pouvoir, je pense avant l’année terminer toute la période entre la création à 1956. A Lyon, si vous saviez ce que j’ai trouvé (rire), des n° de coeurs vaillants prêt à paraitre et qui n’ont jamais paru, au moins 80 plaquettes inconnues tirées à très peu d’exemplaire en douce chez un imprimeur qui d’ailleurs a vu toute sa famille fusillée par les allemands puis mort en camps de concentration… La fuite de Lyon. Car derrière toute cette époque de 1933 à 1956 se cache un homme important qui s’est caché du public toute sa vie et qui a voué sa vie à la jeunesse…et un autre, un modeste prêtre du département de l’Yonne, créateur d’une colonie révolutionnaire, qui pendant la guerre écrivait dans Coeurs Vaillants sous le speudo de Chef Bernard. D’ailleurs plusieurs photos publiées sont celles de sa colo… D’ailleurs l’abbé Pihan lui rend un hommage déguisé dans lors du 20e anniversaire de Coeurs Vaillants… L’apparition d’Hergé et sa disparition dans Coeurs Vaillant ne fera sans doute pas plaisir aux ayants-droits d’Hergé. Il va falloir que je consulte un avocat. Oubliez tout ce qui été écrit sur ce sujet… c’est pur spéculation et faux.
De même, je connais le pourquoi exacte de la disparition du mouvement Coeurs Vaillants… et c’est une bien triste histoire…Vincent Feroldi a fait un bon travail dans son ouvrage “La force des enfants” mais à occulté bien des choses sans doute pour ne pas froisser l’ACE qui finançait son ouvrage. De plus, il a commis de très nombreuses erreurs sur les publications mais il n’avait sans doute pas eu accès aux archives que j’ai consulté. En tout cas, les anciens, amères après tout le travail accompli sur les Coeurs Vaillants, n’ont surement pas dû l’aider… Bref, cela sera chaud bouillant… Il faut aussi rectifier le fait que Coeurs Vaillants et ses éditions n’ont jamais collaboré avec les Allemands ou le régime de Vichy. Coeurs Vaillants à Lyon était coupé de tout financement financier et n’a dû son salut qu’à cet homme secret qui était le principal chef des réseaux de résistances de Rhône-Alpes dont il est à l’origine et j’ai dépouillé totalement les archives allemandes concernant les coeurs vaillants sur toute la France et j’ai un collègue qui a bien voulu faire la partie de recherche dans les archives allemandes en Allemagne J’ai fait tout le fond du régime de Vichy… Coeurs Vaillants était considéré comme une association terroriste car pouvant influencer les jeunes contre l’occupation allemande et des centaines de personnes du mouvement Coeurs Vaillant sont morts exécutés par les allemands. Et le régime de Vichy surveillait Coeurs Vaillant et sanctionnait durement la rédaction car elle refusait de passer la propagande de Petain. D’ailleurs, si vous lisez attentivement, vous seriez sans doute surpris que quand il y avait un hommage à Petain, ce n’était pas comme chef d’état mais comme un héros de la guerre 14-18. D’ailleurs, la censure a arrêté la publication de Coeurs Vaillants… qui a continuer de publier des opuscules à 200 exemplaires dans une autre imprimerie de la résistance préparant les jeunes à l’après Petain à travers un plan sur trois ans pour qu’il s’engage contre la politique de Pétain et bouter les allemands de France de façon pacifique mais un brin diabolique… Je pense que cela aurait pu fonctionner si Pétain pour empêcher toutes publications a interdit la fourniture de papiers aux imprimeries sauf celles fidèles à son régime… Bon j’arrête là… Mais j’ai tellement de choses à dire…
Pour terminer, c’est grâce à cette homme de l’ombre que l’on doit la médecine du travail, les allocations familiales pour les enfants… et bien d’autres choses… Et si je vous dis qu’il est l’homme est à l’origine des réformes de Vatican II. Que l’abbé Pierre n’aurait jamais pu monter son mouvement Emmaüs sans lui, qu’il est à l’origine des assemblées de jeune et de la communauté Taizé… Et bien d’autres choses… L’abbé Courtois était son ami d’enfance… Ils se sont connus sur les bancs de l’école primaire… Que les chants des coeurs vaillants… Il faut que je vous laisse pour la prochaine fois… J’ai encore quelques trous dans les publications des premières années car les trois premières années de Coeurs Vaillants sont assez compliqué à réunir vu qu’il y avait des versions différentes pour chaque numéro…D’ici la fin de l’année, je vous donnerai l’organigramme précis des publications jusqu’en 1956… Après cela se complique encore (rire) mais si c’était facile, cela ne serait pas passionnant… A très bientôt. Là, je dois passer quelques jours à l’hôpital pour des examens et après retour dans les recherches. Je suis bien parti pour une histoire à plus de 2000 pages avec les biographies précises de tous les contributeurs publics et cachés, illustrateurs… Bref, encore du boulot sur la planche. Si vous êtes de passionnés de Coeurs Vaillants, vous allez devenir des enragés de Coeurs Vaillants (rire) quand mon étude sortira le court des prix des n° de Coeurs Vaillant va monter en flèche… Cela peut être inciter les milliers d’exemplaires cachés dans un coin des broc ou libraire à les mettre en vente… Bref, peut-être encore de découverte à faire… A plus les amis

Bonjour
Que ceci est intéressant !
Il me tarde d’en savoir un peu plus…

Merci en tous cas pour ce partage !
Jean-Michel

Bonjour,

Vos travaux avancent-ils toujours ? Une date de publication, même approximative, a-t-elle pu être fixée ? Je serais très heureux de livre votre ouvrage.

Bonjour !

Je continue toujours et je viens d’avoir l’autorisation d’accéder aux archives religieuses à titre exceptionnel. Là, je dépouille les archives de l’abbé Pihan… Plus j’avance plus c’est passionnant. Et de nombreuses découvertes. J’aurai un premier jet sans doute à la fin de l’année… mais je dois voir les archives de l’abbé Courtois ainsi que sa famille… Allez à Rome consulter des archives du Vatican… Retournez aux archives départements à Lyon, ils m’ont avertis qu’ils venaient de recevoir un leg qui comporte des dossiers et correspondances intéressantes. Vous devez avoir tous le livre de l’abbé Pihan… Et bien, il y a 50 % de vrai, 40 % de langues de bois, 10 % d’incertitude ou sa mémoire s’est embrouillé dans la chronologie. Plus j’avance plus je découvre le pourquoi de la fin des journaux, plus je me dis que c’est un grand gâchis… Là, je suis dans un endroit où internet passe mal… Mais bientôt je publierai ici des inédits. A bientôt, honnêtement, les archives sont énormes à dépouiller, lire, classer, faire la synthèse… et un brin mélangé dans les années (sinon ce ne serait pas drôle). A bientôt. Ah, au fait, certaines interview de dessinateurs disant qu’ils avaient été virés du jour au lendemain… Une histoire qui les arrange bien… Aucun membre du clergé n’est responsable de la fin de l’aventure. Vous allez surpris et je comprend parfaitement l’amertume de l’abbé Courtois, Pihan et les autres qui ont consacré leur vie… Toutes les revues continueraient à être publiées aujourd’hui… Vous serez surpris avec les liens de Dupuis et le journal Spirou, le journal Pilote… et même le Vaillant communiste devient Pif Gadget mais pas du tout dans les circonstances écrites dans les récents livres parus. A bientôt…