L'auteur d'Electron Z dans Coeurs Vaillants et d'autres BD Ames Vaillantes

Bonjour

Dans Ames Vaillantes, puis dans Coeurs vaillants, ou peut lire des bandes dessinées dont le style est est inhabituel pour ces revues. Il s’agit de:

  • Luce et Cie, histoire signée de de Ty-Ya et illustrations de Ya-Ty, parue dans Ames Vaillantes , du n°1 du 8 décembre 1937 jusqu’au 4 eme trimestre 1938
  • La petite mystère, signée Patrice, parue dans Ames Vaillantes à partir de 4ème trimestre 1938 jusqu’à fin 1939
  • Electron Z, signé Patrice, paru dans Coeurs Vaillants du n°39 du 26 septembre 1943 jusqu’à l’Album C vers la fin de 1944
    Electron Z a aussi été publié en films fixes, edition Bloud & Gay / Lumina.
    Selon certains sites, dont coeurs-vaillants.fr l’auteur du texte serait Marguerite Neyroud, maheureusement, cette information ne parait pas sourcée.

Il faut aussi ajouter les illustrations, signées Patrice, d’un roman Calendhor-la-disparue de Noël Aubled.

Le style des dessins me laisse penser qu’il s’agit de pseudonymes, et que l’auteur réel des dessins est Gaston Callaud, dessinateur qui a travaillé pour Le Pêle-Mêle, L’Epatant, L’Intrépide, Le Petit Illustré, Hardi! , Fillette e.t.c., et a illustré certaines aventures de Bibi Fricotin:

Le style de Gaston Callaud a beaucoup varié au cours de sa carrière, ce sont les dessins tardifs juste avant guerre qui ressemblent le plus aux BD de Coeurs Vaillants et Ames Vaillantes.

Le graphisme des textes est très proche : lettres bâton de tailles souvent inégales, lettre S plus longue et peu courbée, gros points sur les i…
Dans les dessins, on trouve aussi beaucoup d’analogies, dans la façon de dessiner les mains, les hommes qui courent, les chiens…

Voici quelques exemples:
Coeurs vaillants 1941:

Fillette du 01/02/1938:

Hardi! du 15/08/1937:

L’épatant du 18/03/1937:


Voici des dessins dont le style , plus ancien , est différent:
Fillette du 09/01/1938:

Le Pêle-mêle du 11/11/1928:

Dimanche Illustré du 29/11/1925:

Paul

Très beau dossier d’identification d’un auteur. Il me semble voir que dans certains dessins (La dette ou Sirocco) l’influence de Louis FORTON.

Bonjour
Vous avez tout a fait raison: il y a une certaine ressemblance avec le style de Louis Forton.
C’est d’autant plus vrai que Gaston Callaud a repris les histoires de Bibi Fricotin après de décès de Forton, en pastichant très habilement son style. Il ne retrouve son style propre qu’apès quelques mois.
P.S. : je suis intéressé par de bons scans D’Electron Z, une grande partie des images que j’ai sont floues ou déformées.

L’une des dernières pages de Forton, dans « Bibi Fricotin Le roi des débrouillards »:

L’une des premières pages dessinées par Gaston Callaud dans « Bibi Fricotin au pôle nord »


Paul

Il faudra que je recherche d’autres numéros de Coeurs Vaillants. Mais en attendant, voici l’épisode de Electron Z paru sur la page 1 du n°43 du 24 octobre 1943

C’est super ! Merci beaucoup.
Le lien ci-dessous permettra à vous et aux personnes intéressées de télécharger les images que j’ai dans leur état actuel. Les images ont de nombreux défauts, mais on peut lire l’histoire.

Electron Z version de travail 1

Il s’agit d’un fichier cbz, qui peut être lu tel quel, ou bien dézippé (en le renommant en .zip si nécessaire)
Dans ce cas, on peut voir les images ou bien les lire dans un navigateur avec le fichier html qui est présent aussi.

J’aime bien cette histoire, que je trouve bien dessinée et bien conçue.
J’ai l’intention de remettre ce fichier à jour au fur et à mesure.

Paul

La suite en page 1 du n°44 du 31 octobre 1943.

L’histoire continue avec les n°45 du 7 novembre 1943 et n°46 du 14 novembre 1943.

Voici la suite dans les n°47 du 21 novembre 1943 et n°48 du 28 novembre 1943…

Je trouve que l’expression du cochon qui est coursé par le chien est très amusante.

Paul

Il me semble qu’il manque un épisode entre EZ30 et EZ31. On quitte, dans EZ30, Pierre et Toto dans une grotte penchés au dessus d’une rivière et on les retrouve, dans EZ31, endormis avec leurs sacs comme oreillers et sous une couverture. Même s’ils se trouvaient dans une impasse incapables d’aller plus loin à la fin de EZ30, j’ai dû mal à imaginer qu’ils ont alors décidé de rebrousser chemin et d’aller se coucher.

C’est vrai, il y a un problème dans la continuité des pages.

Chaque page est normalement numérotée et signée , en bas à droite.
Tout va bien jusqu’à la page 30 parue dans le n° 17 "En vacances - 2 ".
Une bande de EZ29 est reportée dans EZ30 sans rupture de continuité.

La rupture se produit dans l’album A « Debout dans la tourmente » qui tient lieu de n° 18-19 :
Je n’ai pas connaissance de page d’Electron Z dans ce numéro, mais il faudrait vérifier.

L’album B contient quatre pages de 5 bandes chacune, et seule la troisième est numérotée 37 ( image EZ33.jpg)

L’album C contient quatre pages de 5 bandes chacune:
EZ35 numérotée (illisible pour moi, peut-être 39?)
EZ36 numérotée 40
EZ37 numérotée 41
EZ38 numérotée 42 et fin

Si on ne retrouve pas les pages manquantes dans l’album A, on pourra faire l’hypothèse que l’histoire a été raccourcie et remontée. Vu les temps troublés et un probable pénurie de papier, c’est plausible.

Electron Z a été publié en films fixes, 18 bobines à priori. Au vu des photos publiées par les vendeurs, il me semble qu’il a été redessiné par une autre main.

Ez2_eb

Ez5_eb

Je viens de relire l’Album A. Composé de 16 pages, Il n’en contient que 2 de bandes dessinées (en couleur). il s’agit de la suite des aventures de Tintin dans Le Secret de la Licorne (pages 12 et 13)…

En attendant de voir si les pages manquantes se trouvent dans une publication jusque là inconnue, voici la suite d’Electron Z avec les n°49 du 5 décembre 1943 et 50 du 12 décembre 1943.